Nonna Tina

Nonna Tina
 6baad-img_0828255b1358255d

Entre l’avenue Playa et l’avenue 1, il y a un petit trésor cubain que même les plus grands pirates des Caraïbes rêveraient de posséder. Un petit resto de rien sur le coin d’une rue quelconque. Un petit resto enfoui dans le fond d’une ruelle lugubre. Un trésor qu’on trouve au hasard, ce n’est pas le genre de place qu’on cherche…

Moi, c’est un chauffeur de taxi enfoui dans son silence qui m’a apporté en terre promise. Mon chauffeur Alfredo Ninna aurait trouvé la route des épices si on lui avait demandé. Il ne se serait pas trompé de bord comme ce bon vieux Christophe Colomb.

La journée est entre chien et loup. Pour dix dollars, Alfredo nous amène en ville dans sa machine. À l’origine nous devions aller au Dante ou quelque chose de même. Comme le resto était réservé pour une soirée privée, nous sommes repartis avec notre petit bonheur dans la machine d’Alfredo. Je lui demande s’il connaît une bonne place de pizza à Varadero.

Il me dit dans un anglais incertain, qu’il connaît la meilleure place de pizza au monde. Le plus grand secret de Varadero… blablabla que je me dis!

Mon chauffeur ne fait ni une ni deux, le pied dans « pan » direction Nonna Tina qu’il me dit. Gilles Villeneuve peut reposer en paix, j’ai trouvé son émule en terre cubaine. Il ne tourne pas les coins ronds mon Alfredo, juste les coins de rue. Je pointe un joli palace pensant que c’était notre resto. Nenon, c’est pas lui, c’est l’autre petite bâtisse de rien au milieu du néant.

La devanture est remplie de lumières de Noël blanches en guirlande, de style pub américain. Une jolie Cubaine nous accueille à l’entrée. Il y a 30 minutes d’attente, pas grave à notre gauche un bar de fortune pour ceux qui patientent. La musique est bruyante, c’est celle du top 40 américain. Les enfants se font faire des drôles de drinks, ma blonde prend un mojito et moi une bière (Buccanero Fuerte). Nous sommes cinq assis sur notre petit banc, moi, Mathilde, Théo, Karine et le bonheur! Despacito hurle à travers les colonnes de son du Nonna Tina. J’ai tellement faim que je suis en train de m’auto-digérer. Le monde autour de moi parle espagnol, français, allemand, russe, anglais, une belle cacophonie qui me rappelle que la terre est bien petite. Les assiettes r’volent partout, ça parle fort et vite.

La jolie hôtesse cubaine nous amène à nos places en s’assurant que le barbu que je suis ait une autre bière pleine dans les mains. Nous commandons de la pizza pour cinq, moi, Mathilde, Théo, Karine et le bonheur! En ce début de soirée, la vie est trop facile. La bière descend bien on dirait une pitoune du Trou du diable. L’immense pizza de style américain arrive à notre table grasse, mince, remplie de fromage et de pepperoni. J’ai soudain une émotion. Nous en avons commandé deux pour être sûrs de faire une indigestion.

Au final, Théo 6 ans a mangé cinq pointes. Pour ma part, ce fut la meilleure pizza jamais mangée de ma vie tout simplement. Une petite bière « on the side », des gens qui parlent fort partout, une petite brise d’été… et le bonheur peinturé partout partout dans le ciel de Varadero.

Le soleil de Varadero est parti se coucher car il a de grosses journées ici. Le ciel est plein d’étoiles, la lune est pleine et hurle aux « wild dog ». La petite ville de Varadero prend tout son sens le soir. Elle danse, elle chante, elle boit, elle brûle du gaz à travers ses chars antiques. Despacito hurle dans tous les speakers.

Varadero, c’est une Cubaine belle comme la vie un dimanche soir. Enveloppée dans une robe d’été.
Le repas est fini. Les bières et liqueurs sont vides. Nous repartons avec notre petit bonheur et on se cherche un taxi pour retourner à notre hôtel! Dans le fond d’une ruelle en face du Nonna Tina, il y a un vieux taxi, avec un vieux chauffeur et 5 passagers qui gazouillent de bonheur.

Viva Nonna Tinna!

Cyclone/Smokey Williams

Cyclone/Smokey Williams
 c1f0e-zqfe7kpt
Joseph Williams est né le 6 avril 1886, 20 ans après la fin de la guerre de Sécession (Civil War). Il est né au Texas dans le petit village de Seguin, un mardi après-midi. Il est né d’une mère Afro-Américaine et d’un père Amérindien plus précisément de la tribu des Comanches.
Il arriva dans ce bas monde un mois après la capture du grand chef Apache Geronimo par le général américain George Crook. Joseph est né au temps du coton, des durs labeur, des coups pieds au cul, de la strap axu fesses et de la vraie grosse misère. Joseph Williams est né à la fin du Far-West c’est vous dire l’immensité historique du passe-temps national des Américains.
Avant d’être Cyclone, Joseph Williams était le fils à sa maman. D’ailleurs il n’a jamais lancé une balle avec son père Quanah qui n’avait aucun intérêt pour le baseball! Par contre, il a appris les rudiments du sport inventé par ce bon vieux Doubleday avec sa maman Mamou. On raconte que sa mère aurait pu jouer dans la All-American Girl Professional Baseball League.
Mais comme nous n’étions qu’au début de 1890, sa mère n’avait le droit que de respirer. Elle ne pouvait pas donner son opinion, voter, parler en présence d’hommes et son mari pouvait la battre s’il le désirait! Elle n’était qu’une machine à reproduction.
*Note historique de l’auteur dans le texte*
Il faut comprendre qu’à l’époque le baseball était dur. Seul les plus coriaces y survivaient, pas de protège-coude, de casque, des crampons limés en métal qui allaient se blottir dans vos jambes. Une simple casquette molle pour aller frapper et faites-moi confiance la casquette n’était là que pour le décorum. La seule chose qui vous protégeait de la balle c’était de l’éviter. Il n’était pas rare de voir un lanceur se battre avec un frappeur, c’était une scène commune. De plus à l’époque il n’y avait pas de releveur. Tu commençais un match, tu finissais le match, simple de même. C’est ainsi qu’un soir en Alabama Cyclone Williams lança 26 manchse en ligne pour perdre 1-0.
Joe Williams commença sa carrière avec les Black Bronchos de San Antonio au Texas en 1907. Il avait donc 21 ans lors de sa 1ère saison chez les pros. Il se façonna un dossier de 28 victoires et 4 petites défaites cette année là du haut de ses 6 pi 5 po. Les anciens disaient qu’il avait une balle rapide au-delà de l’imagination, qu’il aurait pu avec un seul lancer faire paraître la vitesse du son plutôt lente. C’est ainsi qu’il méritait son surnom de Cyclone.
Avec ses grandes mains de Williams, il créa autour de lui une grande zone où l’air atmosphérique est en rotation autour du centre de la balle. En terme scientifique, la balle sifflait comme un train à chaque fois qu’elle était lancée. En 1909 lors d’une partie d’exhibition contre les fameux Giants de Chicago (les Harlem’s Globetrotter de l’époque), il lança une partie parfaite. Son équipe gagna 1-0. Celui qu’on considère le père du baseball noir, Ruben Foster était ébahi devant le talent de l’homme de 6 pi 5 po. C’est ainsi qu’est né la légende, le mythe de Cyclone un soir de 1909 sur un terrain de balle à San Antonio. Vingt-sept retraits en ligne dont 21 retraits sur des prises! C’est d’une beauté immense à la grandeur du mythe de Cyclone. En comparaison, en 141 ans d’histoire seulement 22 lanceurs des majeures ont réussi des parties parfaites. À la fin du match, Cyclone alla porter la balle dans les estrades, dans les mains de sa mère.
Cyclone mit un genou à terre devant sa mère et dit: « Merci Mamou ».
En 1912, il joua une partie d’exhibition le 24 octobre contre les finalistes de la série mondiale, les terribles Giants de New York et leur légendaire coach »Little Napoleon » John McGraw, qui fut le coach des Giants de 1902 à 1932. Dans ce match, Cyclone n’accorda que 4 petits coups sûrs et remporta la partie 6-0. Ce soir là en plein cœur du mythique Polo Grounds de New York, John McGraw plus grand coach de l’histoire du baseball baptisa Joe Williams d’un nouveau surnom »Smokey » et dit: « C’est comme si la balle, de ses mains au marbre, se transforme en boule de feu. » Ce qui donna à Cyclone dit Smokey Joe Williams et ses coéquipiers de l’exposure au niveau national. Son équipe, les Giants Lincoln de New York, lança un défi aux champions de la série mondiale, les Red Sox de Boston mais il refusa car ils étaient noirs. Le président de l’équipe de Boston déclara que les Red Sox n’étaient pas une équipe de cirque et que jamais il ne joueraient contre des singes.
En 1914, toujours avec Les Giants Lincoln de New York, il connut sa plus grande saison en carrière avec un dossier de 41-3. Ce qui est du domaine de l’impossible mais avec »Smokey » fils de Mamou tout était du domaine du possible. Il repoussait les limites du baseball à chaque apparition au monticule. À chaque fois qu’il montait sur la butte, il réécrivait le Livre des records. Un soir au Ebbets Fields à Brooklyn, il obtint 27 retraits sur des prises en 10 manches lancées.
À l’âge de 44 ans, Smokey retira 27 frappeurs des Monarchs de Kansas City en n’accordant qu’un seul petit coup sûr en 12 manches. En 1999 soit 113 ans après sa naissance le seul, l’unique Smokey Joe Williams a été élu au Temple de la Renommée du baseball sans jamais avoir joué une game dans les ligues majeures de l’homme blanc.
Quand »Smokey » Williams prit sa retraite en 1932, Ty Cobb le meilleur frappeur de moyenne de l’histoire des majeurs et le pire raciste que la terre ait porté déclara que Smokey était le meilleur lanceur qu’il avait vu lancer.
Dans le ventre du Ebbets Fields, il y a les exploits de Smokey comme ceux de Pee Wee Reese, Duke Snider, Jackie Robinson, Sandy Koufax, Roy Campanella et tous les autres »Boy’s of Summer ». On raconte même qu’après sa démolition l’âme du Ebbets Field s’est déposé dans un champ de l’Iowa et c’est ainsi qu’on a produit le film »Field of Dream » ou »Champ de rêve ». Encore aujourd’hui vous pouvez aller lancer et frapper des balles sur ce terrain. On raconte que certains soirs au ciel étoilé dans l’Iowa on peut entendre des balles de feu se mouler dans le gant de maman Mamou. Un grand slaque mi-noir mi-Comanche s’amuse comme un enfant à lancer la balle avec sa mère.

Josh Gibson

Josh Gibson
2467a-gibson1

 

Une journée sans baseball c’est une journée gaspillée disait Gibson.


En 1930, Gibson n’était pas un homme de race noire, mais plutôt un nègre. À l’époque, les Afro-Américains n’étaient pas plus considérés que le singe par l’homme blanc. Un Noir, c’était bon pour ramasser le coton, faire le ménage et être pendu lors d’une cérémonie du Ku Klux Klan! Les Blancs, dits de la race supérieure, étaient assis en avant dans les autobus, et les Noirs devaient s’asseoir en arrière. Il y avait des abreuvoirs pour les Blancs et d’autres pour les Noirs. Gibson, malgré son immense talent, n’avait pas la bonne couleur à l’époque. Il n’était qu’un nègre de service, une bête de cirque, sans plus.


La carrière de Josh Gibson s’est échelonnée de 1930 à 1946. Il a joué avec les Grays de Homestead et les Crawfords de Pittsburgh. Gibson est considéré par les historiens du baseball comme l’un des meilleurs joueurs de balle de tous les temps! Il n’a jamais joué un match dans le baseball majeur, il a passé toute sa carrière dans la Negro League. Malgré tout ça, ceux qui l’ont vu jouer vous diront qu’il était le meilleur.


Quand Gibson a commencé à jouer dans les années 30, c’était encore le
Far-West au baseball. Il n’était pas rare de voir un gars glisser au deuxième but et planter ses crampons dans la jambe de l’adversaire. Des crampons en métal dans une jambe, ça rentre comme un couteau dans du beurre chaud. Certains joueurs comme Ty Cobb allaient même jusqu’à affiler leurs crampons.

Il était homme-orchestre sur un terrain de balle. Il pouvait frapper pour la puissance, courir plus vite que ses jambes, frapper au-delà de la moyenne et, défensivement, il était un catcheur exceptionnel avec un bras canon! Avec ses gros bras de Gibson, il pouvait vous pulvériser les balles comme une piñata.


Si le Bon Dieu avait sculpté un joueur de balle de ses mains, il l’aurait sculpté à l’image du légendaire Josh Gibson.
 

Il n’avait qu’un but, qu’un rêve, c’était de jouer au baseball tous les jours de sa vie. Il disait à qui voulait l’entendre que de jouer un programme double était un cadeau du ciel. En offrande, il s’appliquait à offrir un circuit à la vie, au soleil et à tous les spectateurs qui lui faisaient l’ultime privilège de payer pour le voir jouer. Son rêve ultime était de jouer dans les ligues majeures, mais à l’époque, Martin Luther King n’avait pas encore eu son rêve!

Par un beau soir de juillet 1930, quelque part à Kansas City…
Le ciel est sublime et les lumières éclairent le terrain de tous leurs feux. Des pères de famille sont assis dans les estrades avec leurs fils qui se bourrent la face de patates frites et de hot-dogs, comme quoi même l’évolution n’a pas changé le baseball.

Les monarques de l’endroit affrontent les légendaires Grays de Homestead, qui allaient remporter neuf championnats consécutifs dans la Negro League!
En fin de 7ième manche, le catcheur toute étoile des Grays se casse un doigt en trois morceaux. Pour fin du texte, il s’agit de Buck Ewing. L’entraîneur de Homestead cherchait son catcheur substitut. C’était la jeune recrue de 18 ans, Josh Gibson. Il était dans les estrades avec les spectateurs, en train de s’enfiler des hot-dogs (son point faible).

Il est descendu des estrades, a pris un bâton et, à sa première apparition dans la ligue, au premier lancer contre lui, il a envoyé la balle dans les estrades. Ewing n’a jamais plus catché pour Homestead.
Et lors de sa saison recrue, Gibson a frappé pour une moyenne ronflante de .461!


Saison après saison, Gibson était régulier comme un métronome. Avec son bâton, il faisait des feux d’artifice. Lors d’un match au vieux Yankee Stadium, car il faut maintenant dire le vieux Yankee Stadium, Josh a ajouté à sa légende. Ce jour-là, il a frappé un circuit tellement loin dans le champ que la balle est sortie du terrain. La balle s’est retrouvée dans la rue. Dans toute son immense histoire de 1923 à 2008, aucune autre balle n’a été frappée en dehors du vieux Yankee Stadium.
Il est commun de la frapper hors du Wrigley Field de Chicago ou du Fenway Park de Boston. On parle ici d’une frappe à plus de 600 pieds, ce qui est à la limite de l’impossible! La preuve, le seul homme à l’avoir sortie fut ce bon vieux Gibson! Tous les autres frappeurs qui ont essayé, même ceux qui déjeunaient avec des stéroïdes dans leurs céréales, n’ont pas réussi.

Josh n’arrêtait jamais de jouer à la balle. Aussitôt la saison de la Negro League terminée, il se dirigeait soit vers Mexico, Cuba ou Puerto Rico! Il était considéré comme une icône en Amérique centrale. Durant toutes ses saisons mortes passées là-bas, il a maintenu une moyenne de .453!

Gibson jouait tout le temps et, quand je dis tout le temps, c’est tout le temps.
Même après les matches, il allait dans les parcs pas loin de chez lui dans la région de Pittsburgh et il s’offrait pour jouer avec les jeunes. Le tout se terminait toujours par une démonstration de sa puissance. Il était commun de voir Josh en pleine rue avec les enfants en train de jouer à la balle un beau samedi après-midi! Il n’y avait pas de p’tite partie, toutes les parties étaient des cadeaux de la vie! Il aimait enseigner l’art de frapper. Josh aimait le baseball et le baseball aimait Josh.

Il a eu 60 apparitions au bâton contre des équipes étoiles du baseball majeur! Pendant ses matches, il a frappé pour une moyenne de .462! L’homme blanc avait à l’époque sa réponse versus le talent de Gibson.


Le 20 janvier 1947, Gibson est mort d’un cancer du cerveau. Il n’avait que 36 ans. À l’époque, la médecine était au même niveau que la boucherie, ou presque, alors imaginez les traitements pour un cancer de la sorte! Trois mois plus tard, Jackie Robinson devenait le premier Noir à jouer dans les ligues majeures. Comparativement à Gibson, Robinson était un être docile, et l’homme blanc aimait son Nègre docile!


La légende des Grays et des Crawfords a terminé sa carrière avec une moyenne de .362 à vie. Pour comparaison, le meilleur en 135 ans d’histoire des ligues majeures fut Ty Cobb, qui frappa pour une moyenne à vie de .367! Gibson frappa 800 circuits en carrière, au naturel, ce qui est à des années lumières du roi des coups de circuit des ligues majeures, Barry Bonds, qui en a frappé 762 avec beaucoup de stéroïdes et d’hormones de croissance! Lorsqu’il a pris sa retraite en 2007, Bonds déclara : « Ce bon vieux Gibson est encore le premier. »


Quand Gibson fut enterré, il n’avait même pas de pierre tombale en son nom. Une simple croix blanche en bois, avec inscrit dessus « Gibson ».

En 1972, soit 25 ans après sa mort, le grand Josh Gibson fut élu au Temple de la Renommée à titre posthume, malgré qu’il n’ait jamais joué une game dans les ligues majeures… son fils a reçu la plaque en main propre! Une injustice, l’injustice d’une vie, a été partiellement réparée. Et en 1975, des amoureux du baseball ont installé une pierre tombale digne de ce nom, là où le grand Gibson est enterré à Pittsburgh!

Note de l’auteur dans le texte:
À chaque fois que l’on me demande qui est le meilleur joueur de baseball de tous les temps, je réponds sans aucune hésitation Josh Gibson.