Cyclone/Smokey Williams

 c1f0e-zqfe7kpt
Joseph Williams est né le 6 avril 1886, 20 ans après la fin de la guerre de Sécession (Civil War). Il est né au Texas dans le petit village de Seguin, un mardi après-midi. Il est né d’une mère Afro-Américaine et d’un père Amérindien plus précisément de la tribu des Comanches.
Il arriva dans ce bas monde un mois après la capture du grand chef Apache Geronimo par le général américain George Crook. Joseph est né au temps du coton, des durs labeur, des coups pieds au cul, de la strap axu fesses et de la vraie grosse misère. Joseph Williams est né à la fin du Far-West c’est vous dire l’immensité historique du passe-temps national des Américains.
Avant d’être Cyclone, Joseph Williams était le fils à sa maman. D’ailleurs il n’a jamais lancé une balle avec son père Quanah qui n’avait aucun intérêt pour le baseball! Par contre, il a appris les rudiments du sport inventé par ce bon vieux Doubleday avec sa maman Mamou. On raconte que sa mère aurait pu jouer dans la All-American Girl Professional Baseball League.
Mais comme nous n’étions qu’au début de 1890, sa mère n’avait le droit que de respirer. Elle ne pouvait pas donner son opinion, voter, parler en présence d’hommes et son mari pouvait la battre s’il le désirait! Elle n’était qu’une machine à reproduction.
*Note historique de l’auteur dans le texte*
Il faut comprendre qu’à l’époque le baseball était dur. Seul les plus coriaces y survivaient, pas de protège-coude, de casque, des crampons limés en métal qui allaient se blottir dans vos jambes. Une simple casquette molle pour aller frapper et faites-moi confiance la casquette n’était là que pour le décorum. La seule chose qui vous protégeait de la balle c’était de l’éviter. Il n’était pas rare de voir un lanceur se battre avec un frappeur, c’était une scène commune. De plus à l’époque il n’y avait pas de releveur. Tu commençais un match, tu finissais le match, simple de même. C’est ainsi qu’un soir en Alabama Cyclone Williams lança 26 manchse en ligne pour perdre 1-0.
Joe Williams commença sa carrière avec les Black Bronchos de San Antonio au Texas en 1907. Il avait donc 21 ans lors de sa 1ère saison chez les pros. Il se façonna un dossier de 28 victoires et 4 petites défaites cette année là du haut de ses 6 pi 5 po. Les anciens disaient qu’il avait une balle rapide au-delà de l’imagination, qu’il aurait pu avec un seul lancer faire paraître la vitesse du son plutôt lente. C’est ainsi qu’il méritait son surnom de Cyclone.
Avec ses grandes mains de Williams, il créa autour de lui une grande zone où l’air atmosphérique est en rotation autour du centre de la balle. En terme scientifique, la balle sifflait comme un train à chaque fois qu’elle était lancée. En 1909 lors d’une partie d’exhibition contre les fameux Giants de Chicago (les Harlem’s Globetrotter de l’époque), il lança une partie parfaite. Son équipe gagna 1-0. Celui qu’on considère le père du baseball noir, Ruben Foster était ébahi devant le talent de l’homme de 6 pi 5 po. C’est ainsi qu’est né la légende, le mythe de Cyclone un soir de 1909 sur un terrain de balle à San Antonio. Vingt-sept retraits en ligne dont 21 retraits sur des prises! C’est d’une beauté immense à la grandeur du mythe de Cyclone. En comparaison, en 141 ans d’histoire seulement 22 lanceurs des majeures ont réussi des parties parfaites. À la fin du match, Cyclone alla porter la balle dans les estrades, dans les mains de sa mère.
Cyclone mit un genou à terre devant sa mère et dit: « Merci Mamou ».
En 1912, il joua une partie d’exhibition le 24 octobre contre les finalistes de la série mondiale, les terribles Giants de New York et leur légendaire coach  »Little Napoleon » John McGraw, qui fut le coach des Giants de 1902 à 1932. Dans ce match, Cyclone n’accorda que 4 petits coups sûrs et remporta la partie 6-0. Ce soir là en plein cœur du mythique Polo Grounds de New York, John McGraw plus grand coach de l’histoire du baseball baptisa Joe Williams d’un nouveau surnom  »Smokey » et dit: « C’est comme si la balle, de ses mains au marbre, se transforme en boule de feu. » Ce qui donna à Cyclone dit Smokey Joe Williams et ses coéquipiers de l’exposure au niveau national. Son équipe, les Giants Lincoln de New York, lança un défi aux champions de la série mondiale, les Red Sox de Boston mais il refusa car ils étaient noirs. Le président de l’équipe de Boston déclara que les Red Sox n’étaient pas une équipe de cirque et que jamais il ne joueraient contre des singes.
En 1914, toujours avec Les Giants Lincoln de New York, il connut sa plus grande saison en carrière avec un dossier de 41-3. Ce qui est du domaine de l’impossible mais avec  »Smokey » fils de Mamou tout était du domaine du possible. Il repoussait les limites du baseball à chaque apparition au monticule. À chaque fois qu’il montait sur la butte, il réécrivait le Livre des records. Un soir au Ebbets Fields à Brooklyn, il obtint 27 retraits sur des prises en 10 manches lancées.
À l’âge de 44 ans, Smokey retira 27 frappeurs des Monarchs de Kansas City en n’accordant qu’un seul petit coup sûr en 12 manches. En 1999 soit 113 ans après sa naissance le seul, l’unique Smokey Joe Williams a été élu au Temple de la Renommée du baseball sans jamais avoir joué une game dans les ligues majeures de l’homme blanc.
Quand  »Smokey » Williams prit sa retraite en 1932, Ty Cobb le meilleur frappeur de moyenne de l’histoire des majeurs et le pire raciste que la terre ait porté déclara que Smokey était le meilleur lanceur qu’il avait vu lancer.
Dans le ventre du Ebbets Fields, il y a les exploits de Smokey comme ceux de Pee Wee Reese, Duke Snider, Jackie Robinson, Sandy Koufax, Roy Campanella et tous les autres  »Boy’s of Summer ». On raconte même qu’après sa démolition l’âme du Ebbets Field s’est déposé dans un champ de l’Iowa et c’est ainsi qu’on a produit le film  »Field of Dream » ou  »Champ de rêve ». Encore aujourd’hui vous pouvez aller lancer et frapper des balles sur ce terrain. On raconte que certains soirs au ciel étoilé dans l’Iowa on peut entendre des balles de feu se mouler dans le gant de maman Mamou. Un grand slaque mi-noir mi-Comanche s’amuse comme un enfant à lancer la balle avec sa mère.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s