La patinoire du bonhomme Sarrazin

La patinoire du bonhomme Sarrazin

Sainte-Adèle PQ n’est pas seulement le pays de Claude-Henri Grignon et de son Séraphin! C’est surtout le pays d’André Sarrazin, un homme simple et bon. 

Si le pôle Nord existait pour vrai, il pourrait ressembler à Sainte-Adèle PQ en décembre. C’est l’idée que je m’en fais. Avec ses rues comme un jeu d’échelles et de serpents, sa côte Morin qui n’en finit pas de finir, son cinéma Pine aux allures des théâtres des années 50! 

Un jour va falloir m’expliquer pourquoi le Père Noël a bâti son fucking village à Val-David!

Une petite neige au bas des portes du nord tombe doucement pendant que le bonhomme Sarrazin arrose la patinoire de son arrière-cour comme si c’était le Forum de Montréal! 

La nuit est douce. Les étoiles brillent pour éclairer la patinoire d’André. Une petite lueur qui fait contraste avec le presque bleu de la glace. L’eau coule lentement pour s’éparpiller un peu partout pour devenir la presque glace du Forum.

À l’époque le bonhomme Sarrazin faisait des programmes alimentaires pour les fermes laitières. Il faisait des heures de fou mais il trouvait toujours le temps de s’occuper de la patinoire et de jouer des games avec ses trois enfants. 

Faire une belle patinoire dans le sens du monde c’est presque du domaine de la NASA. Le verglas, les redoux et les tempêtes de neige… C’est de l’art avec un criss de grand A. Beau temps, mauvais temps, chaque soir que le petit Jésus amenait André était dehors avec la lune en background. C’est comme si lui-même s’était fondu dans le décor! 

André arrivait souvent de travailler vers 7 h le soir, il pouvait entendre son voisin crier: « André! Dépêche-toi on commence la game! ». Même pas 5 minutes après être arrivé et avoir mangé un peu, il était sur la patinoire avec les siens.

Et quand les jumeaux avaient autour de 10 ans, nous étions en 1996. À cet âge-là pendant que tard dans le soir le bonhomme arrosait leur petit Forum, eux étaient un à côté de l’autre, collés un sur l’autre comme toujours, la face dans la fenêtre à regarder leur patinoire comme un précieux. Rire aussi du bonhomme qui se gelait parce que sa maudite tuque ne se rendait pas à la moitié de ses oreilles! Pis mes espions me disent qu’il a encore la maudite tuque.

Les gars à l’époque jouaient dans une ligue de hockey extérieur pour Sainte-Adèle et André était leur coach. Ils jouaient contre Piedmont, Saint-Sauveur, Morin-Heights, Sainte-Agathe, Val-David et Mont-Tremblant. Ils jouaient sur les patinoires municipales de chaque village du Nord. Et comme dans nos parties du jeudi soir au hockey cosom maintenant, les jumeaux dominaient. 

Simon, le passeur devant l’éternel, le fabricant de jeux, le technicien. Alex la brute, le compteur, l’instinctif! Ils sont à eux deux le duo parfait! Ils sont, comme j’aime les appeler amicalement, mes jumelles Sedin (les frères Sedin ont joué toute leur carrière ensemble avec les Canucks de Vancouver). 

Simon est en train d’acheter une maison à Sainte-Adèle PQ avec sa femme, la belle Mimi, et mon petit doigt de Barbu me dit que lui aussi va bâtir un petit Forum dans sa cour comme son père. André, j’ai l’impression qu’il va falloir que tu ressortes ta tuque trop petite et que tu donnes ta connaissance de gardien de patinoire à fiston. Que dis-je? Gardien du bonheur sous une petite neige fine. 

Mot à André dans la chronique
Salut l’bonhomme Sarrazin, mes hommages et mon respect! J’aime quand tu me donnes une poignée de main avec ta grosse paluche. Ta grosse main de gars du Nord enveloppe la mienne. Te serrer la main c’est du domaine du folklore, c’est du domaine d’un autre temps même si tu as tout juste 61 ans. J’ai l’impression que nos colonisateurs avaient tes mains. Je sais que tu travailles encore dur. Je sais que tu passes tes nuits entre Sainte-Adèle et Mont-Laurier à faire des livraisons. Tu es le héros de tes fils et avec raison. Tu es ce que tout homme devrait être. Tu habites chaque lettre du mot HOMME pis toute en majuscules à part de ça.

De voir les étoiles dans les yeux de ton fils Simon quand il parle de toi et de votre patinoire c’est de la poésie. C’est précieux comme les arbres dans la forêt amazonienne. 

Enraciné comme un vieux chêne dans ses certitudes, ordinaire mais extraordinaire. Simple dans le bon terme du mot. Bon comme le pain d’un vieux boulanger. Le monde est meilleur et sera viable tant qu’il va y avoir des André Sarrazin dans ce monde de fou. 

La patinoire du bonhomme Sarrazin c’était plus qu’une patinoire. C’est finalement son patrimoine, son testament, sa portion d’éternité.

Éric sous une roche

Éric sous une roche

Jeudi 28 mars 2019

Yves Deschamps est un humain d’exception! Le genre que tu croises une fois dans ta vie. Si la planète était gérée par Yves, je crois sincèrement que tous les humains pourraient naître égaux! Je suis fière de dire qu’Yves est un ami personnel. 

Ce soir-là, Yves avait stationné son auto au CHSLD de St-Jérôme. Son ami de toujours, Eric Levasseur, était rendu à la presque fin de sa vie à seulement 47 ans. Ou si vous aimez mieux, son chum Éric était à seulement 47 ans dans un mouroir.

Éric était maintenant incapable de parler, de bouger les jambes ou les bras, incapable de se nourrir ou d’aller chier en paix, incapable de baiser. Il se faisait gaver à même un tuyau dans la gorge et il avait un sac sur le côté pour les numéros 2 mais il avait toute sa tête. Il avait une maladie dégénérative rare du type Lou Gehrig.

Il pouvait encore bouger un peu ses gros doigts de pogo pour écrire sur sa tablette.

La vie avait perdu toute son sens, sa raison d’être. Parfois la vie peut être incompréhensible et intraitable! Un gars de 47 ans monoparental avec trois enfants sur les bras qui a une maladie dégénérative c’est pire que toute les cauchemars inimaginables. Éric avait demandé l’aide à mourir! 

Ce soir-là c’était la veille du grand départ! Celui du grand voyage! Celui de l’unique vérité dans ce bas monde, celui de la seule vraie justice peu importe t’es qui! 

Yves est arrivé dans la jolie chambre paisible d’Éric avec sa caisse de bière et un seau. Oui, un seau car son chum Éric ne peut boire de la bière mais il peut la cracher! C’est ce qu’on appelle un vrai chum. Tu peux pas la boire Big mais tu vas au moins la goûter dans ta bouche avant de la cracher.

La première période débutait. Il a ouvert une Blanche du Paradis, la magnifique bière du Dieu du ciel! Il a pris le temps de la verser dans un verre comme s’il célébrait la vie, le bonheur de regarder une dernière game du Canadien avec son chum. Il a versé doucement dans la bouche d’Éric un peu de Blanche du Paradis. Il a mis le seau à la hauteur de la bouche de son chum qui l’a regardé avec un sourire la bouche tout grande ouverte! Il avait bu la gorgée de bière. Qu’il soit écrit dans ce texte que Yves Deschamps a fait boire un homme au ¾ mort! Il a finalement bu la bière au complet. Il était complètement saoul après une bière, il avait oublié sa maladie, sa mort! Il avait un beau gros sourire niais dans la face. Et pendant ce temps-là tout était normal, le Canadien perdait 4-0 après 2 périodes de jeu!

Et pendant l’entracte, il a dit à Yves que demain lui, il verrait les vrais fantômes du Forum et qu’il pousserait fort sur eux pour une autre coupe Stanley! Obligé d’admettre que le message s’est pas encore rendu dans le vestiaire des Glorieux. Les fantômes ont sous-estimé l’effet Julien.

La troisième a commencé pis les gars était chaudailles avancés! Columbus est sans pitié même si un pauvre yâble regarde la dernière partie de sa vie! Éric était très serein avec son choix de mourir. Il était très serein avec la mort. Il a même aidé son chum Yves à apprivoiser la mort tranquillement. Il sait que demain la Grande Faucheuse va venir le chercher. Il a accepté sa propre fin au-delà de ses enfants. C’est d’une puissance et d’une sérénité que même Bouddha jalouserait. La game est terminée, 6-2 pour Columbus contre Montréal.  


L’après-dernier match

Éric est assis dans son lit, il est complètement saoul et heureux! Il envoie la main à son fidèle chum Yves qui allait le voir aux deux jours au CHSLD.

Des larmes coulent sur les joues de Yves qui sourit et lui dit : « Bonne ride mon vieux, je t’oublierai jamais. Garde-moé une frette pour le jour que j’vais arriver en haut! »

Yves l’a salué comme on salue le capitaine d’un bateau. Éric lui a fait le signe du pouce universel! Voilà. Maintenant Éric est seul dans sa chambre avec lui-même et la mort au bout de son lit. 

Le lendemain…

Éric était seul avec le docteur et une infirmière pour recevoir l’euthanasie! Il ne voulait que personne de son entourage le voit mourir. L’autre bord de la porte dans le corridor, il y a son meilleur chum Yves qui attend le dernier souffle. Il ne sait pas qu’Yves est là! 

La première seringue l’endort comme la princesse au bois dormant! Il n’a pas eu besoin de Morphée pour s’endormir. Le maître du temps n’avait pu aucun contrôle sur lui. Il dormait paisiblement.

La deuxième seringue attaque son coeur, lui donne un bon coup.

La troisième seringue… c’est la mort. Il est 13h15 le 29 mars 2019.

Éric est debout devant la grande porte, celle qui s’ouvre après notre dernier souffle!

Il a retrouvé l’usage de tous ses membres. Il regarde en bas une dernière fois vers ses trois enfants, un frisson parcourt son âme. La porte s’ouvre, il salue son chum en bas comme le font les capitaines de bateau et court par pur plaisir vers la lumière.

Les Sentiers, cimetière naturel à Prévost

Sous une roche le 13 avril 2019 repose en paix à même la nature les vieux os d’Éric Levasseur qui n’avait que 47 ans. Il travaillait au Centre Jeunesse des Laurentides. Il aimait la nature.

Samedi 28 mars 2020

Yves va accompagner les trois enfants d’Éric Levasseur pour une partie au Centre Bell contre les Islanders de New York. Éric n’a jamais amené ses enfants au Centre Bell faute d’argent d’un père monoparental! Yves lui avait promis de les amener. Comme Yves est un vrai chum, il va tenir promesse et en plus, un an jour pour jour après leur dernière soirée de boys! 

J’suis persuadé que ce soir-là, Éric va travailler fort auprès des fantômes du Forum.

Don au Barbu

Tu aimes mes textes et mon podcast alors le meilleur moyen de m'encourager est de me faire un petit don une fois de temps en temps! Humblement merci 🙂

C$5,00

Barbu

Tu veux t’associer au Barbu? Tu veux que ta grande, moyenne ou petite entreprise soit vue?

Barbu de ville c’est plus de 100 000 visiteurs uniques par mois, sans oublier mes réseaux sociaux et mon info lettre par courriel. Exemple; le texte Le Bonhomme Setter à été partagé 87 000 fois et vu au-delà de 400 000 fois.

Alors si tu veux te faire voir sur mon site, mes réseaux sociaux, mes spectacles ou te faire entendre sur mon podcast, rejoins-moi au ➡️barbudeville@gmail.com⬅️ et ensemble on va réinventer le mot équipe.

Profite de mon offre maintenant et obtiens de très bons prix.
*Spécial* de fin d’année sur contrat de deux  ans fermé au niveau du prix!

*Photo en spectacle  gracieuseté de ⬇️ https://www.facebook.com/fautografy/