Publié dans Chronique, Fanadiens, Hockey, Hommage

J’étais Mike Bossy aussi

Advertisements

Décembre 1982, j’ai 9 ans et toute la vie devant moi. Les joueurs sur ma table de hockey sont Les Canucks de Vancouver de Richard « Le Roi » Brodeur et les Islanders de New York de Mike « The Boss » Bossy!

Lien direct vers la chronique: https://www.fanadiens.com/Jetais-Mike-Bossy-aussi-117237



One-Time
Monthly
Yearly

Faire un don ponctuel

Faire un don mensuel

Faire un don annuel

Choose an amount

C$5,00
C$15,00
C$100,00
C$5,00
C$15,00
C$100,00
C$5,00
C$15,00
C$100,00

Or enter a custom amount

C$

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

Publié dans Baseball, Hommage, Negro League

Henry »Hank » Aaron

Advertisements

Le vendredi 22 janvier 2021 est mort le plus grand frappeur de l’histoire du baseball ! Depuis qu’Abner Doubleday a inventé ce jeu, personne n’a frappé comme ce bon vieux Aaron !

Il emporte avec lui le numéro 44 à jamais. Une moyenne de .305, 3771 coups frappés en lieu sûr, 2297 points produits et 755 circuits frappés naturellement !

Il aura, pendant sa carrière, participé à 25 matches des Étoiles.Mais au-delà du joueur de baseball, il y a l’homme. Celui qui a reçu des milliers de lettres de haine pendant sa carrière, simplement parce qu’il était noir.

Hank Aaron est né le 5 février 1934 à Mobil, Alabama. Il vient d’une famille très pauvre, mais fière. Ses parents n’avaient pas d’argent pour l’inscrire au baseball alors le petit Hank frappait avec un bout de bois sur des bouchons de bouteille. Il pratiquait sa précision. Il a fait les mêmes gestes des millions de fois. Son idole de jeunesse était le grand Jackie Robinson. Il jouait aussi à reproduire la Série mondiale pendant des heures, seul.

À l’âge de 15 ans, il a joué avec les Mobile Black Bears, un club semi-professionnel. Il était aussi un fier membre des scouts. Puis, toujours âgé de 15 ans, il a eu son premier essai (try-out) avec les mythiques Dodgers de Brooklyn. C’était en 1949. On raconte qu’il a fait écarquiller les yeux du coach des Dodgers, Burt Shotton !

Pouvez-vous imaginer pendant seulement une seconde Hank Aaron avec les boys of summer ? Hank au Ebbets Fields ? Hank avec Sandy Koufax, Don Drysdale, Duke Snider, Roy Campanella, Gil Hodges, Jackie Robinson, Pee-wee Reese, etc. ? S’ils avaient été avec les boys of summer, ils auraient battu les Yankees à chaque fois. J’en suis persuadé!

Par la suite, Hank a joué avec une équipe indépendante de la Negro league pour 3 $ par jour. Cela équivaut à 100 $ aujourd’hui ! Il a signé son premier contrat professionnel le 20 novembre 1951, à l’âge de 17 ans. Ed Scott, dépisteur en chef des Clowns d’Indianapolis, lui a fait signer le contrat. Une équipe de la fameuse Negro league. Imagine !

Il a ensuite reçu par télégramme — oui, par TÉLÉGRAMME des offres des légendaires Giants de New York (mythique équipe de Mel Ott) et celle des Braves de Boston.

Finalement, c’est Boston qui a obtenu le contrat de Aaron pour 10 000 $. Le directeur général des Braves de l’époque disait que Aaron valait facilement 100 000 $. Par la suite, Hank ‘’henry’’ Aaron a réécrit l’histoire du baseball à lui seul! Un homme noir, un black. Lui seul avec comme arme pour se battre un simple bâton. Si comme moi tu as déjà joué au baseball organisé , tu sais très bien qu’il n’a rien de simple frapper une balle.

La plus grande ligue de baseball a 152 ans cette année. Fondée en 1869, le meilleur frappeur qu’elle ait eu est ce petit garçon de Mobile, Alabama. Oh ! Bien sûr, Barry Bonds a battu son record de 755 coups de circuit en carrière, mais il n’était pas naturel… Oui, Barry Bond était bon, mais il est loin d’avoir atteint la moyenne, le nombre de coups sûrs et les points produits de Hank, ce qui vous démontre la puissance de Aaron !

Hank Aaron est fait du même moule que Babe Ruth. Un moule qui n’apparaît que chaque siècle, si vous êtes chanceux. Pour moi et beaucoup de fans de baseball, Hank Aaron est le meilleur frappeur de circuit de tous les temps. Babe Ruth a toujours sa deuxième position.

Ici je ne blâme pas que Barry Bonds, je blâme aussi la Ligue majeure de baseball (MLB) qui a profité de cette course folle au circuit !

Aaron a frappé tous ses circuits avec sa passion de la game, son talent que lui-même ne pouvait expliquer et comprendre, sa rage et son désir de la mettre l’autre bord. Hank n’a jamais utilisé de substances pour frapper la balle. Il y a eu Hank Aaron, Babe Ruth et Josh Gibson.

Depuis le 22 janvier, il n’y a qu’une étoile dans le ciel d’Atlanta, mais toute une étoile ! Tellement, qu’elle fait briller l’État de la Géorgie au complet.

Message à la MLB

Comme vous avez retiré le numéro de Jackie Robinson, il serait de mise de retirer le 44. Comme Jackie, Hank a souffert de racisme même que certains partisans voulaient le tuer suite à son 715e coup de circuit qui éclipsa le vieux record de Ruth!

Le 22 janvier en haut, le premier à accueillir Hank était ce bon vieux Robinson celui qui a ouvert  la grande porte aux autres.

Ce texte contient exactement 755 mots.

*(Photo) ©Copyright MLB*


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville



Publié dans Anecdote, Chronique, Hommage, Lachute, Nouvelle littéraire

Olivier et son petit bonhomme de chemin

Advertisements

Samedi 15 août 2020

Il est haut comme trois pommes. Trois petites pommes. 
Il habite sur la côte de sable à Lachute, il a 4 ans et demi.
Il s’appel Olivier. Il aime faire des tours de machine.

Des fois la vie nous fait un cadeau. 
Olivier a gagné à la loterie de la vie.
Son nouveau papa et sa nouvelle maman c’est en quelque sorte son 6/49!

Des fois la vie est un cadeau.
Quand Olivier est arrivé sur la côte de sable, il était presque encore dans le papier.
Stéphane et Dominique, on a gagné à la loterie de la vie.
Olivier c’est en quelque sorte leur 6/49!

Stéphane et Dominique ont essayé de fabriquer un enfant ensemble, mais la vie a décidé autrement! La machine à bébé ne voulait pas coopérer! 
Parfois la vie fait bien les choses. L’univers c’est immense et parfois les étoiles s’aligne parfaitement! 

Je connais Stéphane depuis toujours. Depuis que j’ai conscience Stéphane est là. Nous nous sommes perdu de vue pendant trop d’années, environ 20 ans! La vie va trop vite des fois et parfois elle nous rattrape. Il est comme j’aime l’appeler mon cousin préféré. Mon meilleur ami d’enfance! Mon partenaire de mauvais coup, mais surtout mon partenaire de Nintendo! Oui c’est à cause de lui que j’ai jamais rencontré Maurice RIchard! 

En ce samedi, je suis chez mon chum Simon sur la Fraser à Lachute. Souper de couple avec nos blondes. Bonne bouffe, bon vin, bonne discussion…la vita e bella! On oublie la covid, le Liban, le Me too, le 2020 pour un instant! on décroche, on déplogue, on se donne le droit d’avoir du bonheur! On parle de son projet entamer de tête de Drakkar ‘’gossé’’ en bois pour accrocher au-dessus de l’entrée de son garage. Il aime les Vikings, il est passionné d’histoire. 

On parle de Barbu de ville. je vois la fierté dans ses yeux. Il est content pour moi. C’est ça l’amitié. On se casse pas du sucre sur le dos, on est pas jaloux de l’autre. Nous avons toujours eu cette saine amitié! Je suis aussi fière de lui que lui de moi. Aujourd’hui, on pourrait appeler ça de la Bromance! 

La vie ne tient qu’à un fil et j’en suis de plus en plus conscient, j’imagine que c’est ça qu’on appelle vieillir! Et bout de ce fil, ça prend de bons amies pour nous tendre les mains. Personne ne peux jouer au funambule seul toute une vie. C’est alors vouloir jouer au kamikaze comme ces chinois à l’époque de Pearl Harbour! 

Dans la semaine, mon cousin Stef c’est abonné à mon Patreon, j’étais très touché! Nous nous sommes parlé via courriel. En ce samedi, j’en ai profité pour l’inviter chez Simon.
Il est venu nous rejoindre au volant de sa belle Mustang 2003!  Stef a toujours aimé les machines, même qu’à l’âge de 4 ans, il conduisait le tracteur d’Émile Prud’homme, l’ancien chum de sa mère Denise. On a parlé comme des vieilles pies, des heures et des heures jusqu’à 3h dans le petit matin! On a réinventé le monde à notre façon. On a redonné un sens au monde, je crois, un petit verre de vin à la fois. On était libre comme si on était en 2019!

À travers notre conversation, j’ai appris que Steph avait adopté un petit garçon. Lui qui a maintenant 48 ans. Le petit Olivier fils de sa nièce…
J’ai toujours admiré mon cousin, un gars travaillant depuis toujours, moi à l’époque le cordon du coeur me traînait dans la marde! 

Il est officiellement aujourd’hui le papa d’Olivier!
Des fois, je me conte de belle menteries en disant que je trouve que la vie est belle, la plupart du temps je pense tout a fait le contraire. En vérité la plupart du temps je la déteste. Mais en ce samedi, je la trouve belle pour le vrai quand Steph me parle du petit singe à batterie Olivier!

Steph est livreur au resto Carole Pizza sur la rue principale à Lachute depuis longtemps. Il est connu dans le coin comme barabasse dans la passion (va googler si tu comprend pas, je vous attend pour continuer l’écriture du texte)! 
Pas besoin d’avoir une maîtrise, un bac, un phd, d’avoir été à l’université pour être une bonne personne dans le sens du monde! À l’école de la vie, mon cousin a réussi! 

Même si en grandissant Olivier joue avec un ballon sur son nez, qu’il prend des risques, qu’il s’amuse à la vie, qu’il jongle avec la patience de ses parents, il y aura toujours les mains de Dominique et Steph au bout du fil!

Et comme la terre n’arrête jamais de tourner sur le fil de la vie  entre le noir, blanc et gris Olivier fait son petit bonhomme de chemin. 


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville



Publié dans Hommage

Des Tisserands

Advertisements

Un homme est mort. Un homme est mort et la terre a continué de tourner!

Jean-Paul Corbeil a donné son dernier souffle ce matin à 96 ans! Un aide-arpenteur et fermier de métier. Il avait un petit paradis sur le Rang du Bas-Saint-François dans Duvernay Nord (Laval)! Sa ferme à hauteur d’homme était et est toujours aux abords du Parc des Tisserands. Jean-Paul, un homme d’une autre époque et de son époque, les deux à la fois!

Il portait en lui toutes les lettres du mot homme. Le matin aux aurores, Jean-Paul prenait son lunch dans le frigidaire que sa belle Rose avait préparé avec amour. Il allait arpenter toute la journée! Entre deux respirs, il soupait rapidement pour aller prendre soin de ses fraises, de ses patates, de ses radis, de ses betteraves, de ses tomates… Prendre soin de sa terre!

Ce n’était pas l’époque du je-me-moi.

Je l’imagine dans son champ à labourer, à cueillir, à prendre soin. Comme le Parc des Tisserands était dans sa cour, je l’imagine prendre une pause de la besogne, aller sur le bord de la clôture et regarder la game de baseball ou de softball qui se joue. Prendre du temps, juste pour admirer le ciel de Duvernay, son ciel en quelque sorte! Regarder les vignes pousser littéralement sur le backstop du terrain! Regarder les balles mourir au champ centre et retourner à sa besogne!

De mai à octobre, la vie allait vite chez les Corbeil à cette époque! Et de novembre à avril c’était le temps de prendre le temps. Le cycle de la vie. 

J’suis persuadé d’une chose, une fois qu’il est arrivé en haut, Jean-Paul Corbeil n’a pas eu besoin de passer par la porte. Vous savez celle avec Saint Pierre les bras croisés qui vous attend de pied ferme pour le jugement dernier. Il y a en haut une petite porte à hauteur d’homme et de femme. Elle se situe sur le côté du paradis. Une petite porte de rien, simple, rien de spectaculaire, une porte en bois d’érable avec une petite poignée de rien. Rien en or comme au Vatican, rien de guindé, de superflu.

Saint Pierre lui a indiqué la petite porte sur le côté.

Peu de gens passent par cette porte. Cette porte toute simple et petite est réservée à ceux qui le méritent. Ce n’est pas un concours ni un feu d’artifice. Seuls les humains avec un grand H peuvent passer par le haut côté! Une fois la petite porte de rien ouverte, il y a votre plus grand désir devant vous et cela pour l’éternité!

Jean-Paul avait 96 ans quand il a ouvert la porte, mais une fois rentré il en avait à peine 35!

Au fourneau, il y avait sa belle Rose habillée sombrement mais coquette! C’était une femme fière de sa personne. Jean-Paul venait de réaliser qu’il ne rêvait pas mais qu’il était au paradis. Il est retourné en arrière une dernière fois l’autre côté de la porte pour regarder en bas ses enfants Céline, Joane et Justin. On pouvait voir un grand sourire dans son visage à travers ses larmes. 

Le devoir accompli d’un homme simple et bon. Il est retourné à son paradis!

Sa belle Rose née Lortie était à préparer un bon rôti de boeuf pour sa venue.

Simplement comme à chaque jour de sa vie, il a pris sa Rose tendrement dans ses bras d’aide-arpenteur et fermier! C’est comme si c’était hier, comme si rien n’avait changé. Le ciel de Duvernay ce soir-là avait des teintes rosées. 

Et le Bas St-François en vérité n’est plus vraiment le Bas St-François. En 2011, Eddy Blair l’a quitté en pelletant. Son coeur a fendu en deux. En 2013, Rose la femme de toujours de Jean-Paul a fait un anévrisme au cerveau et maintenant Jean-Paul!

Le Bas St-François a mal à ses soirées canadiennes, dans l’temps qu’on swinguait la bacaisse dans le fond de la boîte à bois. Les hommes d’un bord, les femmes de l’autre, un set carré! Le cercle de la vie.

Si vous avez déjà eu la chance de goûter aux fraises du bonhomme Corbeil, vous comprendrez comme moi que Jean-Paul avait déjà une connexion avec le paradis.

On fait des funérailles nationales pour des joueurs de hockey, pour des artistes, pour des politiciens mais jamais pour du simple monde qui ont rendu les gens meilleurs à leur façon. Je crois sincèrement qu’on change le monde avec des petits gestes dans le quotidien!

*Je dédie ce texte à mon chum Justin Corbeil


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville



Publié dans Anecdote, Histoire, Hommage

Ti-Louis Pelletier

Advertisements

Mai 2020 en plein coeur de la pandémie, Laurent « Vieux Buck » Pelletier passe ses journées dans Lanaudière dans le bois. Il bûche seul comme un seul homme. Il bûche avec son héritage génétique celui de son père Gaspésien Ti-Louis. La même génétique qu’il a transmis à son fils Félix alias « Hammer », 5’10 », 240 lbs de puissance naturelle!

Il est loin de sa blonde qui travaille présentement à Kuujjuaq! Il est seul comme un seul homme contre la COVID. Seul avec le bois dans la forêt, les wézo de toutes sortes qui font toujours leurs nids même si la terre a arrêter de tourner! Les ratons laveurs déguisés en personnages de Cornemuse, les ours sortis de leur hibernation et pêchent sur le bord de l’eau.

Laurent Pelletier est un homme de son temps et d’une autre époque en même temps. Il est de cette race d’homme presque en voie d’extinction, de ceux pour qui le mot compromis n’existe pas!
Il a toujours la main sur le coeur comme on dit, toujours prêt à aider son prochain si tu veux bien t’aider aussi. Il fend son bois old school à la hache comme son père Ti-Louis le faisait à l’époque.

La nuit parfois, quand le ciel est clair, quand le ciel éclaire la nuit, Laurent marche en montagne  et cherche les meutes de loup. Ce n’est pas pour les tuer mais par passion, pour les regarder être une meute. La sienne est en Gaspésie pas loin de Cap-Chat!
Et à la lune des loups « Vieux Buck » hurle avec eux comme un cri du profond de son âme vers la Gaspésie, vers son Ti-Louis et son Félix. Hurler à s’arracher les poumons et devenir le loup-garou de Lanaudière!

Souvent le matin à l’aurore, il part en canot écouter les poissons. Écouter le silence au milieu du lac. Il pense à sa blonde si loin au nord du nord du Québec. Il l’imagine dans ses bras, dans son canot au rythme du courant. La pandémie est pas dans la nature mais partout ailleurs. 
Pendant ce temps son fils « Hammer » ne peut frapper comme un dix roues sur les glaces du senior AA en Gaspésie! Comme son père Félix est « drette » comme un chêne, bien enraciné dans sa Gaspésie!

Ti-Louis du haut de ses 81 ans a écrit un livre sur la prohibition dans son coin de pays et il est en train d’en écrire un autre sur le braconnage! Il n’a pas la langue de bois. Il est le patriarche, l’homme d’une autre époque. Le bonhomme a de grosses paluches tant et tellement qu’elles vous écrase quand vous lui donnez une poignée d’main sans même qu’il ait fait exprès. Il n’a aucune malice en lui. Tout ce que Laurent connaît du bois vient de son père et tout ce que Félix connaît du bois vient de Laurent. Ils sont tribus pour trois en latin! Je n’irais pas jusqu’à dire Sainte-Trinité, là j’ai l’impression que les ancêtres se tourneraient dans leurs tombes.
Ils sont Alpha c’est clair net et précis. Si demain la 3e guerre mondiale éclate, je les veux immédiatement dans mon clan. 

La planète a fait un « reset » à la grandeur de son territoire mais la tribu Pelletier est encore deboutte devant la vie! Le grand chef de la meute est deboutte dans ses bottines de jobber comme la légende qu’il est.

Ti-Louis deboutte comme ses ancêtres, comme les colons avant lui qui ont fabriqué ce pays de misère, deboutte devant les tempêtes, devant les j’aurais donc dû, devant  le vent de l’océan, devant une meute de loup. Ti-Louis est le folklore à lui seul, il est d’un autre temps mais bien ancré dans le présent! Ti-Louis à la hache, Laurent au « bucksaw » et Félix qui empile bûche par bûche dans une symphonie d’hier à aujourd’hui.

Même les hommes comme Ti-Louis Pelletier ne sont pas éternels mais laisse-moi dire que le jour que Ti-Louis va arriver en haut, ça va trembler en maudit dans le comté de la Côte-de-Gaspé.
Ça va trembler encore plus dans le coeur du vieux buck Laurent.

Mot dans le texte pour la tribu:

« Hammer » mon garçon tu as l’héritage des Anciens en toi, il est important que tu fasses briller ce si précieux patrimoine. Tu le portes en toi. Tu représente les Pelletier à chaque fois sur et hors glace. J’ai hâte de te voir jouer en personne. Comme dirait Denis Vanier: « Levons nos verres en l’honneur de celui qui se bat le nez cassé! »

Ti-Louis, mes hommages! Mon respect à l’infini. Chaque jour de ta vie tu tentes de donner l’exemple. De vivre ta vie sans compromis. À 81 ans, il te reste encore un bon 19 ans sur cette terre Gaspésienne. Nous aurons l’occasion de lever le coude ensemble et ce jour-là j’aimerais avoir l’honneur de recevoir ta bénédiction paternelle.

Laurent, mon ami Laurent, à travers ce texte je voulais rendre hommage à ton père à travers toi. Tu sais mon respect. De compter des personnes comme toi et ton père dans mes lecteurs est un immense honneur. Avec un p’tit cheminot dans les mains, laisse-moi hurler aux loups à mon tour. 

Au nom du fils Félix, du père Laurent et du patriarche Louis… les Pelletier de la Gaspésie font honneur à notre terroir!


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville