La jasette du Barbu #56

Advertisements

La jasette #56 aussi disponible sur YouTube. Clic sur le lien https://youtu.be/j_Pk3bhvQ5M


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville


Publié dans Anecdote, Hommage

Le chinois du dépanneur

Advertisements

Su’a rue Joseph-Fortier à St-Jérôme, il y a un petit trésor caché! Il faut bien observer car c’est comme s’il n’existait pas. C’est comme s’il se fondait dans le décor. De prime abord on dirait un vieux duplex des années 70! Du genre qu’on peut retrouver seulement dans St-Léonard! Un dépanneur gelé dans la nostalgie. Un dépanneur comme dans l’temps avec son propriétaire qui vit à même la bâtisse. Dépanneur King: bière, vin, Loto-Québec et bonbons mélangés.

Il parle le mandarin et travaille de 8 heures le matin à 11 heures le soir, chaque jour de la semaine que le soleil levant apporte. Il a construit en quelque sorte sa propre Muraille de Chine à même le 688 rue Joseph-Fortier.

Il gagne sa vie à coup de cennes. Il donne un sens au mot travail. Il a une tablette électronique pour écouter des émissions de radio de son pays! Et pendant qu’on achète des cochonneries on peut entendre le son très fort de ses émissions chinoises. C’est d’une beauté sans nom. Ça donne le goût de manger des nouilles ramen en écoutant un film de Bruce Lee!

Le dépanneur à l’intérieur est mal éclairé, les planchers sont croches, les murs sont remplis de cossins inutiles. Il y a des posters de bière usés par le temps, des caisses de bière empilées en triangle pour faire marketing et un mur complet de bonbons mélangés! 

Quand j’suis rentré là, c’est comme si j’avais 7 ans! Attention quand vous ouvrez la porte du dépanneur King, en fait c’est une machine à voyager dans le temps! Pas une chaîne de dépanneur toutes pareils comme Couche-Tard machin, avec des gérants au salaire minimum pis qui vous suggèrent des produits pour accompagner des produits que vous venez d’acheter. Le dépanneur King est unique comme toutes ces dépanneurs de l’époque. Chaque dépanneur avait sa couleur, son genre. 

En quelque sorte Couche-Tard machin a tué une partie du folklore québécois. Aujourd’hui c’est un Chinois qui le tient à boutte de bras, avec ses bras frêles de Chinois mais résilient!  À côté de son mur de bonbons mélangés, il manque une tablette de cartes de baseball enveloppées avec des gommes sèches, des avions qui ne volent pas en styrofoam, des albums Panini pour mettre des collants de joueurs de hockey et des magazines de PIF avec un jouet cheap en plastique. La devanture de ce dépanneur est faite pour recevoir des milliers de bécycles stationnés en tas proprement un par-dessus l’autre. C’est comme qui dirait dans son ADN!

La semaine, des milliers d’étudiants de la polyvalente passent par chez-lui! Ils vident carrément à chaque jour son mur de bonbons mélangés comme quoi même l’évolution, même l’empire Couche-Tard machin n’a pas changé ça. La règle est simple! Sur l’heure du midi, c’est la bonne vieille règle de trois. Trois étudiants à la fois dans le dépanneur. Il y a certains midis des files de monde sur la rue pour rentrer dans ce petit trésor caché. Chacun vient chercher sa part  de « comme dans le bon vieux temps » même si la plupart n’ont pas vécu ce temps.

On peut encore acheter un sac de bonbons mélangés chez eux pour 25 cennes. J’suis certain qu’il a encore des trentes sous dans sa caisse. 

Il est le gardien de nos souvenirs en quelque sorte. C’est imparfait et croche un peu et c’est tant mieux en cette ère de Pinterest et de nos maisons parfaites, avec nos gazons vert ultra, nos légumes parfaitement pareils en épicerie, nos poitrines de poulet sans l’ombre de gras, nos photos de famille Facebook, nos vies comme des faux décors d’Hollywood. Mais la vie c’est pas une page parfaite de Pinterest comme liberté ne devrait jamais être une marque de yogourt ou de serviettes sanitaires. C’est un mot porteur d’espoir pas de publicité. 

Et chaque soir que le soleil tombe en arrière du décor, le vieux Chinois remonte en haut dans son logis avec le sentiment du devoir accompli. Je l’imagine mangeant un délicieux bol de nouilles ramen de qualité qu’il a lui-même fabriqué avec ses mains de travailleur, avec ses mains d’un autre temps, avec ses mains qui ont traversé les océans pour finir sa vie dans ce petit dépanneur de rien pour humblement gagner sa vie à coup de cennes.

Le Chinois en arrière de son petit comptoir est une ode au travail en silence. Il est pour moi gars de shop qui veut vivre de son art, un exemple dans son acharnement jour après jour après jour. Je travaille comme un Chinois sur mon projet. Je fonce comme un kamikaze tête baissée jusqu’au bout de mes idées.

Et quand nous avons quitté, le vieux Chinois frêle m’a regardé avec un sourire et je me suis penché devant lui comme un samouraï. Il s’est penché aussi… le respect c’est universel!

Il connaît très peu de mots en français mais il maîtrise le plus important: « Mici,mici! ».


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville



Publié dans Anecdote

Gabriel

Advertisements

Il est frêle. Il est gêné. Il est bègue. Il est drôle sans le savoir. Il est pur. Il est bon comme du bon pain. Il travaille dans une agence. Il est travailleur à la p’tite semaine au salaire minimum. Il est légèrement trisomique, mais débrouillard. Il est Gabriel!

Gabriel a deux jambes, une chance, car il marche ridiculement beaucoup pour travailler. Les journées de conteneur, moi et mon partner avons fait venir deux gars d’une agence pour nous aider à vider les 53 pieds. Et en cette journée, comme un cadeau mal enveloppé est arrivé Gabriel.

Bonjour mon nom c’est Gabriiii, Gabriiii, Gabriel. Mais mes amis m’appellent Gab. Si tu ne te souviens pas de mon nom, il est inscrit sur ma chemise, ma mère fait inscrire mon nom sur toutes mes chemises de travail! Mais tu peux m’appeler Gab, hein. Je suis, je suis, suis pas vite vite comme on dit, mais je suis, je suis, suis travaillant. Je peux-tu aller faire caca, je suis nerveux. Pis, pis, pis quand je suis nerveux je fais, fais, fais, fais caca.

À ce moment-là, j’ai le goût de le prendre dans mes bras (sincèrement), mais je me suis dit que je lui ferais peur et que de tenir un gars de 6’4” dans mes bras ça serait bizarre! Tout le long qu’il me parlait, il regardait ses longs pieds frêles. Il fixait le sol comme si sa tête était trop pesante, comme si la vie était un poids sur ses épaules.

Avant de commencer à vider le conteneur, je donne toujours une bouteille d’eau à mes gars. Gabriel était ému. Content d’avoir une bouteille gratuite et même qu’à la fin de la journée il m’a demandé s’il pouvait l’apporter chez eux!!!
Je lui ai dit: « Je vais faire plus que ça, je vais t’en donner une autre pour la route… C’est comme si je venais de lui donner la lune! »

Nous avons travaillé comme des chiens sur ce conteneur. Pas un mot de Gabriel. Pas une plainte. Rien d’autre que de l’huile de bras. Gabriel était un parmi la meute, un bon parmi la meute. J’aurais aujourd’hui vidé tous les maudits conteneurs de tous les maudits entrepôts de la planète avec toi! Moi avec mes bras bâtis sur un « frame » de chat, toi avec tes bras sur le même genre de « frame ». Ami d’infortune, frère de conteneur ayant le désir de vider ce 53 pieds, plein au bouchon, plein jusqu’au plafond. Poussière de Hong Kong plein le nez, 3500 boîtes et pourtant… Et pourtant… Notre Gabriel qui siffle du Joe Dassin et moi je me dis que si tu n’existais pas, faudrait bien t’inventer pour finir ce câlice de conteneur!

Mes bras, tes bras pour vider ce 53 pieds rempli par des Chinois du même « frame » que nous.
Après que la job ait été faite, Gabriel partait avec son p’tit bonheur à pied vers l’arrêt d’autobus pour ensuite marcher jusque chez eux dans Villeray. Boisbriand-Villeray pour vider un conteneur… Je suis plein d’admiration.

Un p’tit vendredi de rien comme plusieurs vendredis de rien. Il n’avait rien de petit dans ce vendredi, car j’ai travaillé avec Gabriel.


Abonne-toi à mon patreon à partir de 2$ par mois seulement.

http://www.patreon.com/barbudeville

Encourage un travailleur autonome, Un artiste, un gars ordinaire qui vit de sa passion.

Tu peux me faire un don via mon compte paypal en cliquant sur le lien: http://paypal.me/barbudeville