La chienne de Castro

d8cb9-19657173_10213766855905693_6491239641742648220_n

*Wild Dog: chien sauvage africain ou un dingo qui ressemblent au chien domestique.

Je suis sur la magnifique plage de Varadero avec mon p’tit bonheur, celui de Félix Leclerc. L’océan devant moi est comme une carte postale, le ciel est d’un bleu parfait, les palapas sont de l’or pour le touriste, le sable fin de la plage me rappelle que le bonheur est fait de petites choses et aujourd’hui, il est sous forme de grain de sable. Chaque fois que je suis devant la mer, je suis rempli d’humilité. Humble devant l’immensité. L’océan c’est la plus belle chose qui existe. L’océan est arrivé avant l’évolution.

 

Je suis là en silence quand tout à coup, j’entends un chien hurler…

 

Voici l’histoire de Fidèle un « wild dog ».

 

Elle se promène sur la plage de Varadero. En fait la plage lui appartient. Elle vit là, c’est sa demeure. Le ciel plein d’étoiles est ça veilleuse de nuit pour les soir difficile. Elle tourne autour du resort Playa de Oro et les gens de l’hôtel l’acceptent. Par un bel après-midi, elle me jappait après. J’ai été vers elle sans aucune hésitation.

 

Elle est pleine de gales sur ses pattes gauches, des plaies ouvertes. La vie sur le bord de l’océan n’est pas chose facile. Je la baptise Fidèle en hommage à Castro.

 

Elle s’assoit et me laisse la flatter. Je marche vers le resort et nos chemins se séparent car elle va à l’ombre sous la galerie de la boutique de cossins. Je comprends que c’est sa demeure.

 

Le même soir au buffet, je remplis une assiette de carton pleine de bon poulet grillé avec un bol d’eau.

 

Avec mes enfants et les enfants de gens rencontrés au resort, je vais nourrir mon amie.

 

Je l’appelle près de la galerie de cossins et soudain sous la lueur du soir, apparaît comme un cadeau mal enveloppé Fidèle. Elle mange le poulet et boit l’eau voracement pendant que je la flatte doucement. Une fois qu’elle a mangé et bu, elle se déplace sous la galerie et ressort immédiatement avec 5 magnifiques petit wilds dogs et vient les porter à mes pieds. Un grand honneur pour moi.

 

Elle est maman. Les chiots ont deux semaines pas plus. Je suis admiratif et triste aussi. J’aurais le goût d’amener Fidèle avec moi. Je prends l’un de ses chiens dans mes mains. Fidèle se colle sur moi avec amour. Je dépose le chiot après lui avoir donné une bonne dose de câlins.

 

Je repars vers le buffet avec la marmaille. Fidèle ramène ses chiots sous la galerie.

 

Et tous les soirs pendant mon voyage, j’ai nourri Fidèle pour qu’elle puisse bien allaiter ses chiots.

 

Un soir, je suis au bar du lobby à prendre quelques bières avec Jorge Cueto, un dude de Toronto, MC une fille de cross fit de Brossard avec le dos large de même, Miguel du Panama (il parle français), Lopez du Nicaragua quand soudain, on entend un chien hurler à l’entrée. Je vais voir! C’est Fidèle qui branle la queue.

 

Mon serveur de 6’7” qu’on surnommait « poquito » (qui veut dire petit) me dit, ébahi, que c’est la première fois en trois ans qu’elle vient si proche et que jamais elle se fait aller la queue de bonheur. Il me regarde et dit:

 

–  Tu es étrange Lager Man. Tu as hypnotisé Jorge Cueto et le chien du resort qu’il dit en riant! Ton coeur est bon Lager Man.

Et il me donne une claque sur l’épaule. Au moment d’écrire ces mots, j’ai encore mal à l’épaule gauche. Sa main de gros Cubain noir foncé résonne encore dans mon squelette.

– Je peux l’amener au bar?

Le serveur sans hésiter:

Si Lager Man.

Nous avons bu longtemps et Fidèle est restée à mes pieds couchée tout le long. Nous avons bu, nourri Fidèle, nous avons ri, abreuvé Fidèle car le bar ne ferme jamais et le buffet du soir non plus. Viva Cuba! Viva la Raza. Nous avons ce soir imposé notre présence à la nuit.

 

Vers trois heures du matin, j’ai été reconduire mon amie Fidèle vers son dessous de galerie à côté de la plage.

 

Depuis mon retour parfois la nuit, je me réveille en sursaut et j’ai l’impression d’entendre un « wild dog » hurler à la lune des loups!

 

(À Fidèle)

 

Advertisements

3 comments

  1. Quand j’allais en colombie j’avais 2 chiens qui me protégeait un en dessous de ma chaise et l’autre en arrière et personne ne pouvais approcher le soir il arrêtait à l’appartement. Et je les nourrissait .

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s